Les présidents africains réunis à Paris pour obtenir des prêts des partenaires occidentaux

Les présidents africains se réuniront ce mardi 18 mai dans la capitale française, Paris, pour tenter de convaincre les partenaires occidentaux de prêter les fonds nécessaires aux plans fiscaux et de développement en cette période de crise sanitaire mondiale.

La réunion a été baptisée « Sommet sur le financement des économies africaines » et sera accueillie par le président français Emmanuel Macron. Le président français a parlé d’une reimagination des opportunités pour l’Afrique qui est différente de ce qui « remonte aux années 1960 » et a appelé à un « New Deal » pour l’Afrique. Il a souligné l’importance de ce processus pour prévenir le terrorisme et « l’immigration forcée » vers l’Europe en provenance d’Afrique.

Lire aussi: Voici les pays africains qui ont le plus bénéficié des prêts chinois

S’exprimant avant la réunion, le président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a demandé au Fonds monétaire international (FMI) d’aider les pays africains à se positionner pour « mieux faire face à la pandémie » et « financer les dépenses urgentes pour lutter contre le terrorisme ». Le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad constituent le G5 des pays engagés dans la lutte contre le fondamentalisme islamique et autres milices armées dans la région du Sahel.

Un président qui sera également présent à la réunion est le président du Ghana, Nana Akufo-Addo. Le pays d’Afrique de l’Ouest a été durement frappé par la pandémie. Son économie a sombré dans la récession après la contraction de l’économie au cours de deux trimestres consécutifs, selon un journal économique ghanéen, citant des données publiées par le service statistique du Ghana.

L’économie ghanéenne s’est contractée de 3,1 % au deuxième trimestre de 2020 et de 1,1 % au troisième trimestre de 2020, faisant entrer l’économie en récession pour la première fois en 40 ans, selon le Business and Financial Times. La dernière fois que le Ghana est entré en récession remonte à 1983, année marquée par l’instabilité politique, la famine et d’autres troubles économiques.

Lire aussi: L’économie du Ghana entre en récession pour la première fois en 40 ans

Le FMI estime que le continent sera très probablement confronté à un déficit de financement de 290 milliards de dollars d’ici à 2023. Bien que le continent a connu l’an dernier sa première récession depuis un demi-siècle (-2,1 %), la croissance devrait rebondir de 3,4 % en 2021 et de 4 % en 2022.

Crédit photo : africanews


SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire