un pasteur arrêté pour avoir sodomisé des élèves

Un pasteur et directeur de l’école primaire Real Infant du district de Wakiso à Kampala, en Ouganda, est accusé d’avoir sodomisé six élèves entre 2016 et 2019.

Le suspect, Mpagi Didas alias Bakulu, a comparu devant le juge de la Division des crimes internationaux, le juge David Wangutusi, jeudi 27 mai, sous l’accusation de souillure aggravée. 

Selon l’accusation, les victimes devaient dormir nues et Mpagi aurait ensuite caressé les parties génitales des victimes avec ses doigts et ensuite il aurait pratiqué le sexe oral sur eux avant de les pénétrer. 

Ouganda: un pasteur arrêté pour avoir sodomisé des élèves

LIRE AUSSI: « J’ai été violée par mon pasteur quand je suis allée me faire délivrer »

Les enfants âgés de 10 à 16 ans lorsque les crimes présumés ont été commis, ont déclaré au tribunal que Mpagi, qui était également pasteur, les avait admis dans le cadre d’un programme de bourses et menacé de les retirer s’ils refusaient de coucher avec lui ou s’ils signalaient l’affaire.

L’accusation note que le pasteur , qui travaillait également comme directeur de l’école, aurait couché avec chacune des victimes dans le dortoir où il dormait aussi souvent.  La Cour a appris qu’en raison des actions de Mpagi, les victimes avaient ressenti des douleurs au ventre et aux fesses et avaient du mal à uriner et à évacuer les selles normalement.  

L’accusation déclare en outre que le directeur intimidait les garçons chaque fois qu’ils se plaignaient de ses actes.

Il les a également menacés qu’étant pasteur et homme de Dieu, il pouvait facilement savoir au cas où ils rapporteraient l’incident à qui que ce soit et que cela obligeait les victimes à rester dans un système d’exploitation sexuelle et de peur constante», lit-on dans le résumé de l’affaire.

L’affaire a été ajournée au 8 juin pour une nouvelle audience.  Mpagi fait face à 12 chefs d’accusation pour souillure aggravée et maltraitance d’enfants.

Mpagi a été placé en détention provisoire à la prison gouvernementale de Kitalya.


SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire