AMICAL: La France étrille Pays de Galles 3-0

France 3-0 Pays de Galles

Buts : Mbappé (34e), Griezmann (47e) et Benzema Dembélé (79e) pour les Bleus
Expulsion : N. Williams (24e) pour les Gallois

Il paraît que « tous les pays nous les envient » . Et ils ont certainement raison. Kylian, Antoine et Karim. Mais ç’eut été d’autant plus vrai si, pour leur première association, les trois attaquants titulaires de l’équipe de France avaient mis chacun leur petit pion face à des Gallois trop rapidement réduits à dix pour être jugés. Et pendant que le Parisien et le Barcelonais scoraient, le Madrilène cravachait pour (ré)ouvrir son compteur. Comme pour montrer que, cinq ans et demi après un doublé pour sa dernière en Bleu dans cette même Allianz Riviera face à l’Arménie, le chemin de sa rédemption n’était pas encore complètement achevé. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Mais il y avait ce soir un immense Ward pour lui gâcher la vie, quand ce n’était pas un poteau ou un genou. Maintenant que le débat Benzema en sélection est réglé, il ne faudrait pas qu’il dévie sur son abstinence devant les buts. Mais on aura encore tout un Euro pour ça et avec ce succès, les Bleus sont pour l’heure sur la bonne route.

Le boss démate

On a trop souvent souligné que les Français étaient fâchés avec les mathématiques pour ne pas relever ça. Depuis quelques jours, ceux-là n’ont à la bouche que 4-4-2, losange et autres triangles, tout ça pour mettre dans les meilleures dispositions Mbappé, Griezmann et le revenant Benzema. C’est d’ailleurs exactement ce que leur a donné Didier Deschamps pour ouvrir cette première répétition pré-Euro. Avec Tolisso en sentinelle en attendant le retour de Kanté, Pogba et Rabiot en relayeur, le sélectionneur a transposé son équation du tableau noir à la pelouse verte. Mais le problème des maths, c’est qu’elles traduisent mal les mouvements, les permutations et les émotions. Et c’est bien dommage tant les sorties de balle étaient vectrices de plaisir, tout comme cette tangente envoyée par Paul Pogba sur la tête de Karim Benzema, bien détournée par Danny Ward, déjà lui (5e).

Installés dans le camp gallois, les Bleus récitent leur leçon de trigonométrie, mais butent sur le rideau rouge à force d’insister plein axe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les plus belles ouvertures ont été enclenchées sur un côté, notamment ce centre de Griezmann posé sur la tête de Paul Pogba. Derrière l’arrêt monstrueux de Ward, Benzema reprend mais se fait contrer par les bras de Neco Williams. Carton rouge pour le petit gars de Liverpool et l’occasion pour KB19 de faire son retour en fanfare depuis le point des onze mètres. Sauf que l’histoire ne pouvait être aussi belle : Ward déplie son mètre 91 pour repousser cet essai trop tendre du Madrilène (25e). Pour ceux qui doutaient des capacités de Benzema à se fondre dans ce collectif, qu’ils se rassurent, celui-ci ne volera pas le rôle de Grizou pendant la vraie compétition.

Quand ça ne veut pas…

C’est donc en revenant aux vieilles habitudes et face à dix Dragons que les champions du monde concrétiseront cette domination. Ainsi, Kylian Mbappé inscrit son 17e but international, poussant au fond des filets une frappe du droit de Rabiot doublement déviée et sur laquelle Ward était encore une fois (1-0, 34e). Au retour des vestiaires (où Jules Koundé en a profité pour honorer sa première cape), c’est l’autre serial buteur qui se met en lumière. Absolument seul à l’entrée de la surface, Antoine Griezmann envoie un délice d’enroulé dans la lucarne pour doubler le score (2-0, 47e). Le reste de la mi-temps aura servi à voir briller Lloris, décisif devant James (65e), Lucas Digne réaffirmer son crédit sur son côté gauche, mais surtout Benzema multiplier les tentatives. Que ça soit le centre au cordeau de Mbappé dont il a été privé (70e), sa tête sur corner captée par Ward (83e) ou une dernière frappe pleine de persévérance (87e), le Brondillant s’est cassé les dents. Mais pas pour rien : le poteau qu’il a touché a permis à Ousmane Dembélé de sceller la marque (3-0, 79e). Oui, ce joueur fait briller le collectif.

 France (4-3-1-2) : Lloris – Pavard (Koundé, 46e), Varane, Kimpembe, Hernandez (Digne, 46e) – Pogba (Coman, 64e), Tolisso (Sissoko, 64e), Rabiot – Griezmann (Ben Yedder, 84e) – Benzema, Mbappé (Dembélé, 73e). Sélectionneur : Didier Deschamps.

Galles (4-4-2) : Ward – Gunter, Mepham (B. Davies, 59e), Rodon, Roberts – Wilson (Ramsey, 59e), Allen (Levitt, 59e), N. Williams, Morrell (Colwill) – James (Brooks, 73e), Bale (Moore, 59e). Sélectionneur : Rob Page.

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire