Les précisons du ministre de l’intérieur Félix Antoine Diome.

Même s’il est d’avis que les questions des incohérences territoriales sont complexes et diversement appréciées, le ministre de l’intérieur Félix Antoine Diome reste convaincu qu’il n’y pas eu pour les collectivités concernées par ces questions des modifications sur leurs limites territoriales. 

« Il n’y a pas pour le collectivités concernées de modification sur les limites territoriales qui leur ont été assignées depuis 1996. Parce prendre en charge toutes ces questions complexes dans le cadre d’un seul découpage peut paraître problématique », a précisé le ministre de l’intérieur  face à la presse. 
À cet effet, pour lui, il impératif « à partir de ce moment de façon séquentielle mais réfléchie, de fixer les limites territoriales en tenant compte des objectifs qui reposent avant tout sur l’efficacité de l’action administrative… » 

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire