Traque des trafiquants de peaux de léopard, un chauffeur d’origine étrangère, appréhendé…

Après Kédougou le mois dernier, c’est au tour de Tambacounda où des trafiquants de faune sont traduits devant la justice. C’est le cas pour le sieur Mansour qui a été interpellé le mardi 01 juin 2021, par des agents des Parcs Nationaux, appuyés par les éléments de Police du Commissariat Central de Tamba et l’appui de Eagle-Sénégal. Ces derniers ont mené une opération d’arrestation en flagrant délit dudit présumé trafiquant de faune. 

Le présumé trafiquant était sur le point de  vendre illégalement 2 peaux de léopard en provenance du Mali, quand il a été interpellé la main dans le sac dans un restaurant de la place, a appris Dakaractu, dans un communiqué. Ce, conformément à l’article L32 du Code de la chasse interdisant toute détention, circulation et commercialisation d’espèces intégralement protégées au Sénégal dont le léopard fait partie et en parfaite  violation de la convention CITES (convention qui règlement le commerce, l’importation/exportation des espèces de faune en danger).

Chauffeur de poids lourd de profession, il aurait pour habitude de pratiquer ce type de trafic transfrontalier entre le Mali, le Burkina Faso et le Sénégal pour s’enrichir de manière illicite.

Mais il faut rappeler que le gouvernement du Sénégal, à travers le ministère de l’Environnement et celui de l’Intérieur et l’appui du projet EAGLE-SENEGAL, expert en matière de gestion de trafic de faune, ont décidé ensemble, de mettre un terme à tout ce trafic de peaux d’espèces protégées au Sénégal Oriental.

Pour sa part, la région de Tambacounda est, en effet, un haut lieu de ce type de trafic par la présence du prestigieux Parc national du Niokolo Koba, très riche en léopards mais aussi par la proximité des frontières de la sous-région qui alimente fortement le Sénégal en peaux d’animaux sauvages protégés. 

En effet, depuis le début de la pandémie, ce n’est pas moins de 8 trafiquants de peaux de léopard qui ont été interpellés et condamnés dans la région du Sénégal oriental (Tambacounda et Kédougou) et qu’un chiffre record pour le Sénégal de 16 peaux de léopard ont été saisies ainsi que plusieurs armes de guerre et munitions. « C’est un bien triste record car nous préférerions savoir ces animaux sauvages magnifiques réservés au tourisme de vision qui permet de faire marcher l’économie nationale et locale et contribuent de leur vivant  à la paix et au développement  du Sénégal », constate Eagle Sénégal, dans le document parcouru…

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire