après des actes de violence contre le ministre KKB et des journalistes, un leader de jeunesse s’explique

Le ministre de la réconciliation, Kouadio Konan Bertin a frôlé de justesse une bastonnade au siège du parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), le jeudi 3 juin 2021 alors qu’il s’y était rendu pour parler de paix avec les responsables dudit parti auquel lui-même est issu.

Dans le cadre de sa mission de réconciliation, le ministre Kouadio Konan Bertin s’est rendu dans les locaux du PDCI RDA, sis dans la commune huppée de Cocody, dans l’optique de rencontrer les premiers responsables de ce parti où il a dirigé pendant près de 10 ans la jeunesse afin d’apaiser les cœurs.

Selon nos sources, KKB ayant fini sa rencontre avec Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, a été conspué par des jeunes surexcités qui visiblement doutaient de sa sincérité et l’accusaient ouvertement de haute trahison et de Juda. Dans leur acte de violence indigne, qui visiblement rabaisse ce vieux parti, des journalistes ont été violentés et les appareils de certains d’entre eux ont tous été détruits.

Innocent Yao, président de la jeunesse rurale du PDCI est revenu sur les faits tout en donnant les raisons de ce énième dérapage la jeunesse de ce parti dit démocratique, dont l’histoire rime avec la non violence, le pardon et le dialogue.

Pour Innocent Yao, KKB ne peut se présenter dans les locaux du PDCI alors que plusieurs cadres de ce parti sont toujours derrière les barreaux. Selon lui, c’est inacceptable que l’on parle de réconciliation alors que des cadres comme le directeur de cabinet de l’ancien président Henri Konan Bédié, N’DRI Kouadio Pierre Narcisse, des délégués de plusieurs PDCI et d’autres partis politiques soient toujours en prison.

« Il fallait que Kouadio Konan Bertin viennent avec nos camarades emprisonnés. Aujourd’hui, on veut engager un processus de réconciliation avec le PDCI-RDA quand le directeur de cabinet du président Bédié lui-même se retrouve en prison. Quand vous avez des délégués tels que Mr Amichia qui est aujourd’hui en PRISON, le délégué de TOUMODI, M.N’DAPKLI, qui est en PRISON, chers FRÈRES de vous à moi, quelle réconciliation nous pouvons réussir dans ces conditions ? Ainsi a parlé Innocent Yao.

Poursuivant, il a fait savoir que les déclarations du ministre de la réconciliation vont dans le sens des militants du RHDP, alors que celui-ci est issu du PDCI-RDA. Selon lui, cette manifestation avait lieu d’être car cela démonterait à la face du monde que le ministre de la réconciliation a encore « du pain sur la planche ».

« Pour nous, c’était de manifester pour monter aux yeux du monde entier que Kouadio Konan Bertin a du pain sur la planche. Le jour où le directeur de cabinet du président Bédié, N’dri Narcisse, le jour ou M. Akossi Bendjo et tous les délégués avec les camarades seront LIBÉRÉS, il n’aura pas besoin de parler de réconciliation. Les choses iront comme sur des ROULETTES », a déclaré le président de la jeunesse rurale du deuxième plus vieux parti africain après l’ANC de Nelson Mendela.

Photo : @DR


SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire