Tonton Zela victime d’agression : l’artiste relate son calvaire

Ton Zela, artiste ivoirien a été victime d’agression dans la nuit du samedi au dimanche alors qu’il rentrait d’un spectacle. Le chanteur a relaté les faits au media Vibe Radio.

Tonton Zela victime d'agression : l'artiste relate son calvaire

Le chanteur a réellement avoir vécu un sal quart d’heure le Week-end dernier. Tonton Zela a été victime d’agression dans la nuit du samedi denier. Il rentrait d’un spectacle en compagnie de son manager d’après ses précisions.

Il s’agit en effet d’un piège bien préparé par les malfaiteurs, malheureusement le chanteur et son acolyte y ont été pris.

« Samedi à 4h du matin, je rentrais d’un spectacle, j’étais avec mon manager. Arrivés au niveau du bâtiment ou j’habite, mon manager et moi, on aperçoit 2 individus à motos qui roulaient à vive allure. Parvenus à notre niveau ils font une chute brutale. Mon manager et moi, on accourt pour leur porter secours et savoir si tout va bien. Malheureusement pour nous, c’était un piège. Ils ont simulé en fait un accident pour nous distraire et nous avoir« , a expliqué l’auteur du titre à succès « je roule cadeau ».

Puis de poursuivre le récit plutôt tragique de cette fameuse nuit : « En venant porter notre secours, on était en train de se livrer aux bandits. Tout d’un coup on aperçoit 6 hommes armés de machettes et gourdins nous envahir. Ils nous ont dépossédé de tout ce qu’on avait sur nous, c’est-à-dire le cachet du jour. Nos CD, pièces administratives, carte magnétique….

Il termine en révélant pourquoi son véhicule s’est retrouvé dans un mauvais état et comment le vigile de son immeuble a frôlé la mort « Voyant ce qui se passait, le Vigile a tenté de nous venir en aide en cherchant à maîtriser les malfrats. Ce dernier a été tailladé à la machette par les Brigands. Pour éviter qu’il soit tué par ces bandits, j’ai démarré ma voiture et j’ai foncé sur les agresseurs. Ils se sont échappés et la voiture s’est retrouvée dans un mur. Voilà pourquoi mon véhicule a été bousillé« .

Heureusement qu’il y a eu bien plus de peur que de mal.


SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire