AFFAIRE SWEET BEAUTÉ : Françoise Hélène Gaye s’érige en bouclier d’Adji Sarr et descend SONKO

AFFAIRE SWEET BEAUTÉ : Françoise Hélène Gaye s’érige en bouclier d’Adji Sarr et descend SONKO

“Je voudrais vous honorer pour la mémoire des journalistes Leral et les femmes assassinées à l’image de l’étudiante congolaise et Dieynaba Traoré”, annonce-t-elle d’emblée. Dans la foulée, elle explique le but du collectif.
“Nous nous sommes engagés à défendre les droits femmes Sénégalaises, des femmes victimes de violence qu’elle soit domestique ou générale…Nous luttons pour les valeurs fondatrices de notre République…
Nous ne cesserons d’être debout pour défendre la justice”, clame Françoise Hélène Gaye urbi et orbi.
Revenant sur le cas de Adji Sarr, FHG comme on l’a surnomme dans les RS soutient que :
“Une enfant de la République est jetée en pâture et à une meute alors qu’elle devait être protégée par des organisations de droits de l’homme, elle a été jetée à la solde de militants et de journalistes à solde d’un homme politique…C’est pour cela que nous avons mis sur les fonts baptismaux le Coddas”, a fait savoir Françoise Hélène Gaye.
Selon elle, ce mouvement n’a rien de politique.
“Celui qui aujourd’hui est un violeur présumé je l’ai défendu…nous ne sommes pas au côté d’un homme politique mais de la vérité”, a martelé FHG.
D’après elle, “la République doit être au dessus de nous tous…Nous nous érigeons en boucliers autour de Adji Sarr et de sa famille qui a été salie”, a laissé entendre “l’avocate” d’Adji Sarr.
“Nous encourageons les victimes comme Adji Sarr à sortir de ce silence…Coddas se tiendra toujours au côté de la justice.Nous avons ni peur des menaces de mort, des caricatures…nous menerons ce combat”, a prévenu la Voix de Coddas.
Se même, FHG s’est solidarisée avec notre consœur Maty Fall.
” J’ai en ligne de mire votre consœur Maty Fall qui depuis des mois subit le martyr, les menaces”.
Enfin, elle revient sur les évènements du mois de Mars.
“Les évènements du mois de mars ne nous sont pas insensibles, nous présentons nos condoléances aux familles” argue-t-elle
tout en déplorant les violences qui en découlèrent.
“Nous cautionnons le droit constitutionnel de marcher mais nous ne cautionnons pas l’anarchie”, clame-t-elle .
D’après elle, le Sénégal est à un tournant surtout concernant la situation tendue dans la sous région.

Senegalactu

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire