Khalifa Sall en quête d’une bonne approche pour gérer les appétits politiques?

Ce qui reste constant est que ces différentes positions déclarées n’arrangent pas la coalition, encore moins la démarche du leader Khalifa Sall qui œuvre en ce moment pour l’unification de l’opposition. C’est l’avis de cet analyste politique qui, donne son avis sur la situation qui prévaut au sein de la coalition. Pour Ibrahima  Bakhoum, « il serait bien que tous ceux qui ont décliné leurs ambitions, prennent leurs responsabilités en faisant un sacrifice. C’est-à-dire, s’ils se considèrent comme l’esprit de Taxawu, de se mettre dans une sorte de primaire et essayent d’éviter tout type d’animosité… » 

 

En observateur politique, il estime que nous tendons vers une perspective où Khalifa Sall ne pourrait jamais être candidat. Cependant, cette posture de Khalifa Sall peut être payante, selon l’analyste politique d’Ibrahima Bakhoum. « Cette position d’observation et de prudence du leader de Taxawu peut lui être toutefois bénéfique. Selon son statut, il ne peut être candidat, mais avec la pression sociale et internationale, les choses peuvent changer à son profit », dira t-il. 

 

Il faut se rappeler que les élections locales constituent une préoccupation de Taxawu Sénégal. Cependant, c’est une baisse de régime qui est notée sur les activités de la coalition depuis la sortie de Khalifa Sall. Dans Taxawu Sénégal, les élections semblent prendre le dessus sur cette redynamisation de la coalition et de ses activités. Selon Mamadou Sy Albert, Khalifa Sall est un peu mal placé dans cette bataille d’ambitions car, la coalition Taxawu Dakar n’a pas encore décliné ses  porte-voix. 

 

Cette situation est due, selon l’analyste politique, à cette approche que Khalifa Sall montre pour l’opposition. « Tant qu’il n’a pas finalisé les discussions avec Pastef, les autres leaders de l’opposition, certains de la société civile, il sera difficile d’engager le Taxawu dans une quelconque direction ». 

 

En effet, s’il faut aller avec une liste unique, il faudra que les discussions soient bien claires au sein de l’opposition, sinon Khalifa Sall se mettra en porte à faux s’il venait d’accepter la candidature de Barthélemy ou encore du maire sortant, Soham El Wardini. L’idéal et la discipline de parti, voudrait que ces deux membres de Taxawu Dakar se plient à la discipline de parti. Mais les ambitions prennent le dessus sur l’orientation de Taxawu.

 

L’autre question, en dehors de l’unité de l’opposition, c’est les retrouvailles de la famille socialiste. En effet, il y aura nécessairement un candidat en 2024, pour le parti socialiste si on en croit l’analyste politique. Khalifa Sall, ayant le profil, voudrait bien porter le drapeau socialiste. C’est aussi une option qui semble délicate pour le leader de Taxawu Sénégal qui est un peu « mal à l’aise » par rapport aux différentes candidatures de ses proches collaborateurs. Il faudra se poser la question de savoir s’il va réussir à contenir et gérer ces différentes ambitions. Une possibilité en tout état de cause car, Barthélémy comme Soham El Wardini, tous sont proches de Khalifa. D’où la possibilité de trouver un terrain d’entente pour au moins disposer d’un agenda politique. 

 

L’option d’unir l’opposition et de se conformer aux indications de celle-ci, traduira le leadership du patron de Taxawu Sénégal. En effet, c’est un potentiel candidat qui a besoin de montrer son leadership. Comme nous l’explique Mamadou Sy Albert, Khalifa a le statut d’unificateur. Cependant, il n’a pas intérêt à gérer des conflits d’ambitions. Cette situation dans le Taxawu, ne facilite pas le travail de leader qu’est Khalifa Sall. En d’autres termes, les débats d’ambitions discréditent politiquement Khalifa Sall et le mettent mal à l’aise aussi bien au niveau de Taxawu que de celui de l’opposition. Une situation complexe que Taxawu, n’ayant toujours pas la bonne approche, est en train de vivre à quelques bonnes semaines des élections locales.

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire