ses deux téléphones retrouvés entre les mains de deux vigiles.

L’enquête ouverte par la gendarmerie pour faire la lumière sur la mort de Dieynaba Traoré dont le corps sans vie présentant des blessures avait été découvert dans la forêt de Tivaouane Peulh, vient de connaître une avancée, les deux téléphones de la défunte ayant été retrouvés entre les mains de deux vigiles aux Maristes. Qui ont été interpellés et retenus pour les besoins d’enquête. 

La lumière sur la mort de la jeune fille âgée de 23 ans, Dieynaba Traoré, retrouvée morte dans la bande des filaos de Tivaouane Peulh, ne traîne donc pas avec la gendarmerie. Déjà, compte tenu des blessures constatées sur le corps de la dame, la piste de l’homicide avait été, dès le début, très vite privilégiée. Et hier, c’est une avancée notable qui a été enregistrée dans cette affaire avec la découverte de deux téléphones appartenant à la défunte. C’est aux maristes que les gendarmes enquêteurs ont retrouvé les deux téléphones de Dieynaba Traoré aux mains de deux vigiles qui ont été immédiatement interpellés aux fins d’auditions. En effet, c’est connu qu’en matière d’enquête criminelle, si aucune piste ne peut être négligée, les objets appartenant à la victime constituent un élément clé, notamment si ces objets déclarés disparus sont plus tard retrouvés aux mains d’autres individus. 

Dans ce cas précis, assure « l’Obs », le pool d’enquêteurs constitués d’éléments de la section de recherches venus appuyer leurs collègues de Keur Massar et Tivaouane Peulh, va certainement se pencher sur l’analyse des communications téléphoniques de la victime et surtout s’intéresser à la trajectoire empruntée par ces deux téléphones pour arriver aux mains des deux vigiles…

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire