Côte d’Ivoire/ Laurent Gbagbo défie le régime Ouattara

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo devrait en principe être de retour en Côte d’Ivoire dans une semaine. Avant ce retour tant attendu par ses partisans et tant redouté par le régime Ouattara, les affiches qu’il avait fait placarder dans des rues d’Abidjan ont été déchirées par le Conseil Supérieur de la Publicité. Après la réaction de son avocate, Gbagbo s’est lui-même exprimé en défiant le régime Ouattara.

Laurent Gbagbo sait que déchirer ses affiches publicitaires à Abidjan relève de la provocation ou d’une tentative de chauffer à blanc ses partisans. Qui dans un excès de colère pourraient créer des troubles avant son arrivée. Ce qui serait du pain béni pour le régime Ouattara qui aurait là un alibi parfait pour gâcher la fête que les partisans de Gbagbo entendent lui réserver.

Aussi, après avoir eu connaissance de l’incident sur ses affiches, Laurent Gbagbo a appelé au calme et à la sérénité. Il a enjoint ses partisans à ne pas céder à la provocation. Se concentrer sur le processus de réconciliation, plus important que des affiches, devrait être leur crédo, leur a-t-il rappelé. Cependant, « l’animal politique » qu’est Gbagbo ne baisse pas les bras. En fin d’après-midi, il a envoyé un message clair au régime Ouattara et à ses aficionados pour leur rappeler sa ténacité.

« On a essayé des grands coups contre moi, cela n’a pas marché. Ce ne sont pas des petits coups de dernière heure qui vont marcher », a posté Laurent Gbagbo sur sa page Facebook. L’allusion au saccage de ses affiches est on ne peut plus évidente. Laurent Gbagbo indique au régime Ouattara qu’il en a vu des vertes et des pas mûres. Après dix ans de procès et d’incarcération dans le froid glacial de la Hollande, ce n’est pas déchirer ses affiches qui pourrait ébranler celui qui a subi une dizaine de jours, les bombardements journaliers de l’armée française en 2011.


SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire