Quel plan pour les inondations… Les populations encore dans la psychose.

Une nouvel hivernage vient de débuter au Fouladou. Et pour l’accompagner quel plan d’assainissement ou de drainage des eaux pluviales ou usées pour éviter les inondations passées? Avec l’absence de canalisation dans les quartiers périphériques, les populations sont toujours dans la psychose. Et pourtant beaucoup de maisons sont construites sur des zones inondables voire sur d’anciennes rizières. Voilà autant de facteurs qui aggravent les inondations dans ces zones. 

Nous avons effectué un tour dans ces quartiers frappés par les inondations l’année passée mais aucun dispositif pour préparer l’évacuation des eaux cette année n’y a été constaté. Sur place avec les premières pluies, des ruelles et des maisons commencent déjà à se remplir d’eau. Ce sont des flaques d’eau dans presque toutes les ruelles des quartiers Saré Moussa, Bouna Kane, Sinthiang Idrissa, Saré Kémo, entre autres. Ainsi, les populations risquent de vivre le même calvaire que l’année passée voire pire cette année. 

Augustine M., habitant au quartier Saré Kémo, de déplorer : « nous n’avons rien vu des promesses faites après les douloureuses inondations de l’an passé. Nous avons peur et demandons de l’aide. Je pensais que d’ici le prochain hivernage on allait bénéficier d’un système d’assainissement même artisanal pour évacuer l’eau dans le fleuve, mais… » 

Il faut rappeler que la mairie est en train de curer les caniveaux pour un bon drainage des eaux usées et pluviales. Mais ce système ne bénéficie pas à tout le monde surtout pas aux quartiers périphériques non pris en compte qui sont les plus affectés par les inondations. 

Quant au département de Médina Yoro Foula, il est dépourvu de tout système d’évacuation des eaux usées. Aucune commune de ce département ne dispose de canaux d’évacuation des eaux. D’ailleurs même le chef-lieu de département n’en dispose pas. Il avait connu l’an passé de fortes inondations occasionnant de grands dégâts matériels. 

Pour Kolda commune, les populations des quartiers périphériques sont dans la psychose comme dans le quartier Gadapara qui, dès la première goutte complètement inondé. Tout le monde se rappelle encore des dures inondations vécues l’an passé. Il faut rappeler que beaucoup d’habitations avaient cédé sous le poids des fortes pluies en emportant yout parfois. 

Pour Aïssatou B du quartier Saré Moussa, il est important que leur zone « dispose de canalisation pour évacuer les eaux pluviales et usées. J’ai encore la psychose à chaque fois que le ciel menace. Et nous dormons à la belle étoile en veillant sur nos habitations. » C’est pourquoi, elle invite les autorités à « développer un plan directeur d’assainissement digne de ce nom afin de résoudre ce problème qui hante leur sommeil… » 

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire