SENEGAL-PRESSE-REVUE LES JOURNAUX : À FOND SUR LES PRÉPARATIFS DE LA PRÉSIDENTIELLE

Dakar, 26 jan (APS) – Les quotidiens parvenus samedi à l’Agence de presse sénégalaise font, dans leur majorité, le point sur les préparatifs du scrutin du 24 février prochain, tout en n’occultant pas la marche avortée des jeunes de l’opposition et l’affaire portant sur un détournement présumé de 94 milliards de francs Cfa.

La photo du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, trône à la Une d’une bonne partie des quotidiens du week-end, lesquels reprennent à leur compte des informations délivrées par le ministre en charge des élections, lors d’une rencontre avec des journalistes. C’est le cas de L’Observateur dont la Une est intitulée : ‘’Aly Ngouille Ndiaye met le couvert sur le scrutin’’.

‘’A quelques jours du début de la campagne électorale, précédant la tenue du premier tour de l’élection présidentielle prévu le 24 février prochain, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a échangé avec la presse sur le processus électoral. L’objectif était de discuter de l’ensemble des actes posés relativement à l’organisation des élections, passer en revue les discussions avec l’opposition, l’audit du fichier électoral, la modification de la Constitution, du Code électoral jusqu’à la mise à disposition de la carte électorale’’, peut-on lire dans les colonnes de ce journal.

‘’Aly Ngouille Ndiaye a, à l’occasion de cette rencontre, donné tous les chiffres, expliqué les modifications apportées à la carte électorale, donné des assurances sur les dispositions prises pour que la présidentielle soit organisée dans d’excellentes conditions’’, résume le quotidien L’AS.

Ainsi, ’’la prochaine élection présidentielle va coûter 13 milliards de francs Cfa dont il faut défalquer 5 milliards pour la confection des cartes d’électeur et d’identité’’, détaille de son côté le quotidien +Source A+

‘’Point de souci sur la disponibilité des bulletins des candidats et autres documents électoraux, la liste des candidats, des procès-verbaux des opérations électorales, des feuilles de dépouillement entre autres, ainsi que pour le matériel lourd’’, rassure le journal qui cite le ministre de l’Intérieur.

Le Quotidien a, pour sa part, mis l’accent sur les chiffres et enjeux de la présidentielle en rapport avec la nouvelle carte électorale mise en place par les autorités administratives.

Le journal indique par exemple que 14651 bureaux de vote seront ouverts au Sénégal pour les besoins de ce scrutin, alors que les régions de Dakar, Thiès et Diourbel concentrent le plus grand nombre d’électeurs, la moitié du collège électoral.

Il y’aura donc 14651 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national et 746 pour l’étranger, soit un total de 15397 bureaux, constituant une augmentation de 662 bureaux par rapport aux législatives de 2017’’, rapporte la publication qui rappelle que 6 683043 sont ainsi appelés aux urnes pour élire un président de la République le 24 février prochain au Sénégal.

D’autres journaux ont préféré mettre l’accent sur l’affaire portant sur un détournement présumé de 94 milliards de francs Cfa et qui agite l’espace public sénégalais depuis quelques temps. Il s’agit là d’une accusation de détournement portée par l’opposant Ousmane Sonko et qui impliquerait des agents de l’administration des domaines dans le cadre d’une transaction foncière.

A ce sujet, Vox Populi fait savoir que l’Assemblée nationale va enquêter sur cette affaire, en l’analysant sous l’angle d’une ’’accentuation de la pression’’ sur le porteur de ces accusations.

‘’Le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, Aymerou Ngningue annonce le dépôt dès lundi d’une demande de mise en place d’une commission d’enquête parlementaire’’, précise le journal.

‘’Quand le tribunal a désigné un expert pour l’évaluation, le montant tournait autour de 250 milliards de francs. Quand on est dans la politique, il nous arrive de fantasmer, de chercher à nuire, à détruire’’, s’est défendu le ministre de l’Economie des Finances et du Plan, dans des propos rapportés par Enquête sous le titre : ‘’Amadou Ba brise le silence’’.

Walf quotidien est revenu sur les échauffourées qui ont eu pour cadre le campus social de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) entre les forces de l’ordre et des jeunes membres de l’opposition qui entendaient organiser une marche de protestation contre le pouvoir.

Cette manifestation avait été interdite par le préfet de Dakar en raison de divergences sur l’itinéraire entre l’autorité préfectorale et les organisateurs.

‘’Malgré le défi lancé par les organisateurs de braver son interdiction, la marche de protestation des jeunes de l’opposition ne s’est finalement pas tenue. En lieu et place, il y a eu un affrontement entre forces de l’ordre et étudiants’’, relève le journal du groupe Walfadjri.

A ce sujet, Sud Quotidien n’hésite pas à qualifier de ‘’Grand flop’’, la marche de protestation des jeunes de l’opposition à Dakar vendredi.

En dépit de leur détermination à braver l’interdit préfectoral, les jeunes de l’opposition n’ont même pas pu sortir du campus social de l’UCAD pour rejoindre le sens giratoire de la RTS en raison d’un dispositif impressionnant des forces de l’ordre qui a étouffé dans l’œuf cette manifestation.

En solo, Le Soleil a préféré rendre compte à ses lecteurs de l’inauguration, la veille, par le chef de l’Etat, Macky Sall, de la Grande mosquée de Pikine, dans la banlieue de Dakar. Le journal voit ainsi dans la réalisation de cet édifice religieux d’une capacité d’accueil de 4600 fidèles, la ’’satisfaction d’une doléance de plus de 50 ans’’.

AKS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici